Démocratie : Alain Badiou, une autre façon de penser?

Publié le par mycr

Je n'aurais jamais cru  que je  proposerai un penseur communiste et maoiste comme une  source de renouveau de la pensée.   Il y avait en début de soirée sur France Culture  une émission  où  Alain Badiou était invité.  J'ai trouvé intéressant ce qu'il  avançait, je l'ai vu comme original.  Une façon de mettre en avant  l'individu et  la responsabilité  personnelle,  que je traduis de sa condamnation  des inégalités  du capitalisme outrancier et de  son refus du non fonctionnement de la démocratie parlementaire actuelle.   Il est dans l'expectative d'un nouveau fonctionnement politique, fondé sur autre chose, comme des associations ou l'utilisation des nouveaux moyens de communication tel internet comme possibilité offerte aux individus  de participer à la  société . 

Une réflexion que je ne connaissais pas et que je ne fais qu'entrevoir.  J'attends de lire ou d'entendre ce qu'il dit  des  excès du communisme et du maoisme.  Mais c'est une voie qui ne fait pas que tourner en rond comme beaucoup le font aujourd'hui. 

L'émission de France-Culture de Raphaël Enthoven, "Les nouveaux chemins de la connaissance", les pathologies de la démocratie, du 5 février 2008 :
www.radiofrance.fr/chaines/france-culture/emissions/chemins/index.php

Sur wikipedia :
fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Badiou

Il vient de sortir un livre qui paraît-il fait un tabac :
"De quoi Sarkozy est-il le nom?", circonstances 4, éditions lignes. 

Un lien sur ce livre :
www.relectures.org/spip.php

Un petit article et vidéos sur rue 89 :
www.rue89.com/2008/01/26/alain-badiou-il-y-a-une-barbarie-sarkozienne

Commenter cet article

ciboulette 06/02/2008 09:35

Quand il s'agit de sauver l'humanité des fous et des tyrans, il ne doit plus être question d'étiquettes. La stèle du bonimenteur vacille. Il est pris à partie dans son propre camp. C'est bon, c'est bon ! petit à petit, avec nos petits mots, on fait bouger la montagne du pouvoir qui nous écrase.... Bise

mycr 06/02/2008 10:41

Oui, ce ne sont pas les étiquettes qui comptent, mais le fond.  Et comme la coupe déborde, il y a urgence à réfléchir pour proposer quelque chose de neuf.  Bises.