Etats, banques, faillites

Publié le par mycr

Plan Paulson aux US, sommet "G4", interventions gouvernementales pour "sauver" les banques, leurs directeurs et leurs actionnaires (on ne parle pas des épargnants). 

Je rappelle un petit fait : Jean-Claude Trichet, le directeur de la Banque centrale européenne, voir l'article Wikipedia à son nom, fut en son temps le directeur du Crédit Lyonnais lors du fameux "scandale du Crédit Lyonnais" dans les années 1990.  Mis en examen, il a été relaxé, mais la procédure civile contre lui a été relancée cette année.

Politiques d'aveugles pour aveugles? 

Jeux d'apprentis sorciers.

Les gouvernants et le capitalisme veulent nous faire croire que le monde ne peut vivre qu'en adorant l'argent.  Combien de magnifiques civilisations dans l'histoire ont vécu sans argent?  Les échanges commerciaux peuvent se faire aussi sans être l'esclave de l'argent et surtout sans ces jeux sur cet argent qui sont de vrais jeux de casino.



Commenter cet article

rachid 24/10/2008 07:19

Qu’ils fassent l’économie ou la guerre (c’est souvent pour eux la même chose), les Américains le font avec leurs gros sabots. Sans économiser sur les dégâts collatéraux. On va dire, une fois de plus, que je fais de l’antiaméricanisme primaire. Mais je n’y peux rien si l’économie américaine me fait de plus en plus penser à Jurassic Park de Steven Spielberg. Une sorte de dinosaure ou brontosaure, ressuscité en laboratoire, qui sème la terreur. Jusqu’à présent le monstre saccageait le terrain des autres. Tiers-monde, pays émergents, cela n’avait pas trop d’importance. Mais maintenant qu’il sévit aux Etats-Unis, ce n’est plus la même chose. On entend des pleurs et des cris, des appels au secours lancés à l’Etat, un comble dans un pays où le mot « Etat » est un gros mot. Tout juste si les curés, les pasteurs, les rabbins n’ont pas été sollicités pour exorciser le monstre. On entend John McCain, républicain pur et dur, s’en prendre à « la corruption et la mauvaise gestion de Wall Street » ; à « la quête sans fin de l’argent facile » ; aux « PDG qui ramassent des milliards de dollars en quittant leur entreprise en faillite » ! Un discours que ne renieraient ni Arlette Laguillier, ni Olivier Besancenot, ni Marie-George Buffet ! Le plus surprenant dans l’histoire, c’est que les socialistes français (disons la plupart) ont choisi précisément cette période pour se convertir au capitalisme. Rappelez-vous Bertrand Delanoë, confessant son attirance pour le libéralisme économique dans son livre prophétiquement intitulé « De l’audace ! ». Voilà qui s’appelle avoir du pif ! Alors que les dirigeants socialistes pourraient avoir aujourd’hui un boulevard, une confirmation éventuelle de leurs théories, les voilà en plein marasme. J’en déduis une chose. Il y a des gens qui penseront toujours à contretemps. Ce sont des boussoles faussées. L’avantage d’une telle boussole, c’est qu’à défaut de savoir où l’on va, on sait au moins où il ne faut pas aller.

mycr 24/10/2008 12:11


Le monde basé sur l'économie capitaliste est en train de mourir.  Je ne sais pas combien de soubresaults il y aura encore.  Mais il ne fonctionne plus.  Nous sommes devant un grand
changement.  Cela prendra 10 ans, 50 ans, 100 ans.  C'est effrayant d'être devant le vide, mais c'est aussi enthousiasmant, car c'est le moment d'essayer de créer un monde plus
humain.  Retroussons nos manches et ouvrons notre cœur. 


ciboulette 05/10/2008 11:38

dis donc MYCE les grands esprits se rencontrent !!! Va voir sur mon blog.. Derniers articles sur.... le troc ! On est en phase on dirait... Bise

mycr 05/10/2008 11:42


C'est ce que je viens d'écrire sur ton blog!!!
Echange bises contre bises