Deepa Mehta, cinéaste indienne

Publié le par mycr

Je reviens sur la trilogie que j'ai mentionnée il y a quelques jours dans cette note : Deepa Mehta, un autre cinéma indien, engagé et féministe

Le premier DVD intitulé Fire (1996) traite de la liberté de la femme, liberté qu'elle seule peut conquérir par elle-même vis à vis de la société, des coutumes sociales et familiales.

Le deuxième, Earth (1998) a pour sujet la libération de l'Inde et la séparation d'avec le Pakistan.  Comment des communautés qui vivaient en paix les unes avec les autres deviennent ennemies.  Vu par les yeux d'une petite fille appartenant à une minorité ni hindoue ni musulmane ni sikh et en cela "neutre". 

Le troisième "Water" (2005) a créé une émeute en Inde lors du tournage en Inde.  Deepa Mehta a dû attendre plusieurs années (4-5 ans) pour tout reprendre, nouveaux lieux (au Sri Lanka), avec de différents acteurs (actrices). Le thème est celui des veuves, interdites de tout ou quasiment, elles étaient sensées porter malheur, elles ne pouvaient pas se remarier. Elle ne pouvaient survivre que grâce à la charité.  Il se passe dans les années trente et suit une petite fille mariée dans sa tendre enfance et qui devient veuve à huit ans.  HUIT ANS! Elle est condamnée -et pourtant, même si c'est terrible, c'est une chance pour elle, sinon elle serait abandonnée à la rue- à vivre dans une communauté de veuves qui s'entr'aident pour survivre, une sorte de monastère non religieux.  C'est aussi l'histoire d'une jeune et belle veuve qui doit se prostituer pour faire vivre ses compagnes de malheur.  C'est également l'histoire d'une femme qui elle, sait lire et écrire et qui peu à peu se rend compte de l'injustice folle et sans fondement de leur situation. 

Une trilogie faite d'une main de femme réaliste et courageuse, féministe par la force des événements.

A voir et à faire connaître.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article