First they came for the Communists. D'abord ils sont venus pour les communistes. Martin Niemoeller

Publié le par mycr

C'est une citation bien connue de Martin Niemoeller.

Voici la citation originale en anglais :

 “First they came for the Communists, but I was not a Communist so I did not speak out. Then they came for the Socialists and the Trade Unionists, but I was neither  , so I did not speak out. Then they came for the Jews, but I was not a Jew so I did not speak out. And when they came for me, there was no one left to speak out for me.”

Cette phrase dont le contexte est celui de l'Allemagne nazie d'avant la deuxième guerre mondiale, où le pasteur Martin Niemoeller, héros de la première guerre mondiale, d'abord supporteur du parti nazi jusqu'à la prise de pouvoir de Hitler 1933, où il vit son erreur.  Il commença alors à organiser la protection des pasteurs protestants puis de différentes mouvements de résistance.  Emprisonné à Dachau il survécut à la vie du camp de concentration et fut un de ceux qui écrivit la "confession de culpabilité de Stuttgart" où les églises protestantes reconnaissaient leur culpabilité en laissant le régime nazi et Hitler commettre leurs crimes.

Cette confession est à l'honneur des églises protestantes qui ont immédiatement après la guerre reconnu leur culpabiiité. Pour l'Eglise catholique, de quelle culpabilité et de quelle date est-il question?

Mais surtout, la citation de l'en-tête met le doigt sur l'importance qu'il y a, à avoir toujours, TOUJOURS, quelles que soient les circonstances, les régimes, les lieux et les époques à avoir les yeux ouverts et à agir et résister. 

Les pires régimes commencent toujours par de petites actions, de petites lois, de petites interdictions.  Chacune semble bénigne.  Mais leur accumulation transforme les citoyens en des êtres qui pieds et poings liés, ne peuvent plus rien faire.  Légalement en tout cas, et c'est alors un état désespéré de résistance ou de guerre comme l'exemple de la seconde guerre mondiale.  Une résistance alors nécessaire pour survivre



Commenter cet article

sixtine 16/03/2009 13:14

Oui, Mycr, mais nos articles à répétition brouillent un peu les pistes et on en oublie de se tourner vers des informations plus positives, plus constructives...
Je survole les blogs et ce que j'y trouve me déprime...
La raison pour laquelle j'essaie de proposer autre chose, car la vérité est ailleurs... ( n'est-ce pas Mulder ! ) Trop d'infos tue l'info...on se disperse et on s'égare, plutôt que de regrouper nos énergies ...

sixtine 15/03/2009 13:27

C'est rigoureusement exact...on grignote peu à peu sur les libertés des individus pour, en final, les contraindre à accepter ce qu'ils auraient refusé en bloc au départ !
Un travail de " sape " qui consiste à détruire les assises d'une construction pour la faire s'écrouler...!
La question que je me pose de plus en plus : nos gesticulations verbales par blogs interposés n'alimentent-elles pas ce patient ouvrage de destruction massive...?
Ne serait-il pas plus judicieux de " louvoyer " plutôt que de tenter de sur-nager ainsi à contre courant ?

mycr 15/03/2009 19:23


Ce ne sont pas nos commentaires qui créent ce flot d'informations-désinformations.  Nos commentaires essaient de trouver une fil conducteur - qui est absent - dans ce flot et dans ces
gesticulations.  Je pense que nos réactions nous permettent de clarifier cette politique d'étouffement.

Ceci dit, tout n'est pas à commenter, il ne faut pas réagir à tout.  Cela entraînerait un épuisement de notre énergie.  C'est ce qui est voulu par ces gesticulations désordonnées et sans
but et ce à quoi il faut résister.