Nos enfants nous accuseront, un film

Publié le par mycr

Un film vient de sortir le 5 novembre dernier.

Voici un résumé : « Dans un petit village français au pied des Cévennes, le maire a décidé de faire face et de réagir en faisant passer la cantine scolaire en bio. Ici comme ailleurs, la population est confrontée aux angoisses contre la pollution industrielle, aux dangers de la pollution agro chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos  enfants ne nous accusent pas. »

Ce film est soutenu par le MDRGF  (Mouvement pour le droit et le respect des générations futures).

http://nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com/

Bravo au maire du village de Barjac (Gard).  Voilà un homme responsable. 

P.S.:   Pour que ce film qui dénonce les méfaits de la mauvaise alimentation et des pesticides, réalisé par un français, soit visible le plus longtemps possible lors de sa sortie en salle, il faut qu'un maximum de personnes regarde la bande annonce dans les 3 jours à venir.

http://nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com/bande-annonce.html

Et cela donne une bonne idée du film.

Transmettez sur vos blogs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rachid 13/11/2008 15:04

Chacun ces rérérences, je faisais allusion aux pubs réalisée par Manu Chao pour la revue africaine "Matalana" voire le film d'Al Gore ou encore la campagne publicitaire de l'ANC pour lutter contre les chercheurs d'or à Madagascar (qui utilisent du mercure) mais aussi les ultra-pub de Youssou N' Dour et Peter Gabriel concernant le lac Victoria.
Je pense qu'en fonction des shémas relationnel de chaque peuple, on se doit de trouver un support de communication efficace.

CNN, je connais pas.

Stedransky 12/11/2008 18:36

Je trouve aussi que le film donne beaucoup d'arguments pour un sursaut et une prise de conscience que l'écologie est désormais une nécessité. Cependant, je pense que le film donne aussi le bâton pour se faire battre. Le message ne peut vraiment être compris que par ceux qui sont déjà sensibilisés à la question. En recourant ainsi à l'émotion, on perd de vue l'intérêt proprement documentaire ; je n'aime pas le ton culpabilisateur qui est employé : concernant la petite fille atteinte de leucémie, le film ne dit rien d'autre que "Si vous ne manger pas bio, vous en êtes responsables".
Je ne pense pas qu'il faille utiliser les stratégies de la pub pour construire un monde meilleur. Au contraire, on s'empêche de lui faire ainsi des bases solides. L'écologie à la sauce CNN, non merci.
Ce film ne va pas jusque là, heureusement !

rachid 12/11/2008 13:50

C’est le Fonds mondial pour la nature qui l’affirme. Nos enfants et petits-enfants régleront l’addition de l’aveuglement et de l’inaction de leurs parents. Et elle s’annonce douloureuse. Irrémédiablement, l’humanité creuse sa tombe. Notre bonne vieille Terre est pressurisée. L’explosion démographique, l’augmentation de la consommation individuelle, l’accumulation des déchets l’épuisent chaque jour un peu plus et finiront par avoir raison d’elle. Avant vingt-cinq ans, elle aura besoin de... deux planètes pour répondre à ses besoins. Sauf à coloniser l’espace, Il y a urgence à modifier nos styles de vie si l’on veut éviter l’apocalypse. Comme Jules Verne, les Verts et autres écolos que l’on prenait pour des gentils illuminés dans les années 80, voient leurs fâcheuses prédictions auxquelles personne n’accordait de crédit, se réaliser. Pas de chance, faute d’avoir réussi à convaincre les gouvernants, ils ont abandonné la scène politique aux écolo-bobos, aux apôtres d’un développement durable très mercantile et mangé à toutes les sauces du business vert. Les grandes nations, uniquement préoccupées par la course à la croissance, sont toujours incapables de s’accorder pour enrayer cette exploitation sans limites d’un espace vital qui se réduit comme une peau de chagrin. Faudra-t-il pour éviter ce désastre annoncé, interpeller directement l’individu de base, jouer la carte de la provoc ? En lui infligeant pour le faire réagir des pubs ou des images chocs sur la mort lente qui le guette ? Comme lorsqu’il s’agit de dénoncer les dangers de la route ou du tabac. Dépêchons-nous, le compte à rebours a commencé.